Avant-Propos

Ce modeste traité a pour but de réfuter les malentendus fréquents sur la Liturgie, la Tradition, le Magistère et l’Autorité dans l’Église, opinions si répandues et causes de tant de confusion dans l’Église. Des volumes entiers pourraient s’écrire sur l’un ou l’autre de ces sujets; cependant, aujourd’hui, ce qui manque le plus, c’est une compréhension claire des notions de base les plus fondamentales sur l’enseignement de l’Église dans les domaines de la Liturgie, de la Tradition et du Magistère.


Le Magistère véhicule la “transmission” pratique de la Tradition et la Liturgie est l’organe le plus important du Magistère ordinaire. La notion confuse de Magistère qui prévaut dans l’Église postconciliaire est sous-jacente à la crise doctrinale et aux abus liturgiques devenus les principaux signes de reconnaissance de ce qu’on appelle “L’Église Conciliaire”.


La confusion doctrinale est parvenue à son comble pour preuve, même un Cardinal de l’Église Romaine admet que le problème de la liturgie est “très inquiétant”, tout en justificant ensuite le statu quo par un vague appel à l’obéissance au Magistère. Cependant, c’est précisément l’enseignement de l’ancien Magistère de l’Église qui condamne la liturgie actuellement en usage dans nos églises, parce qu’elle ne professe pas exactement la Foi Catholique, n’adhère pas à la Tradition Catholique et compromet la validité des sacrements.


Fondamentalement, de nouveaux concepts de tradition et de magistère associés à une nouvelle liturgie, ont établi une tendance dans l’Église - une tendance qui a transformé l’Église Catholique ancienne, infailliblement reconnaissable, en l’Église évolutive de la nouvelle Réforme. Sans une révision et une redressement de cette tendance, il ne subsistera qu’un reste de la religion ancienne, un petit reste de Catholicisme clairesemé, mais vital, au milieu du colosse du Protestantisme Romain.


Voilà mon espoir: que ce petit ouvrage délivre, comme un clair message, la réponse à la question rhétorique posée il y a quelques années, par l’Archevêque Mgr Lefebvre “Faut-il devenir Protestant pour rester Catholique?” Les Réformateurs étaient des Catholiques devenus Protestants en abandonnant les traditions catholiques immuables. Voilà l’essence du Protestantisme. Nous avons le droit de ne jamais abandonner la tradition au nom d’une obéissance mal conçue, car il nous est possible de rester catholiques seulement “en demeurant fermes et attachés à la Tradition” (2 Thessaloniciens 2, 14).